Le Pouvoir Des Habitudes

12 octobre 2022 | blogue, Leadership

« Nous sommes ce que nous faisons
de manière répétée » – Aristote

Notre vie, notre bien-être et les résultats que nous obtenons dans notre vie sont le miroir de nos actions. Eh bien oui!

Plus de 40% de nos actions, certains auteurs disent jusqu’à 80%, sont automatiques. Ce sont devenues des habitudes, des routines. Et elles se réalisent à notre insu, pour le meilleur, et pour le pire.

***

LES HABITUDES DÉCLENCHENT LES ÉMOTIONS…

Le 22 septembre dernier, dans la cadre du programme Osez la Conscience, c’était moi, Diane Lépine, la conférencière invitée! Recherches et multiples exemples à l’appui, nous sommes montés en Vigie pour prendre conscience de ces habitudes et surtout, de leurs impacts dans notre vie d’entrepreneur.

Concentrés sur le positif des bonnes habitudes, ensemble, on a vu comment celles-ci se créaient.

1. Créer un stimulus fort pour déclencher une bonne habitude
2. Favoriser une routine propice au succès
3. Identifier une récompense très satisfaisante

Par exemple, vous aimeriez développer l’habitude de faire plus d’exercice. Un classique!

1. Votre stimulus pourrait être de préparer toutes vos affaires la veille. Au lever, vous enfilez naturellement vos espadrilles. Pour ne pas vous mentir, ayez des comptes à rendre! Dites à vos proches que vous voulez développer cette nouvelle habitude. Inscrivez-vous à un groupe, mettez vos résultats dans une application web.

2. Faites votre activité à heures régulières, des journées précises. Une fois la routine bien en place et maintenue, votre corps sera déstabilisé si vous tentez d’y déroger.

3. Votre récompense! Monter les escaliers sans être essoufflé, participer à un marathon, acheter de nouveaux vêtements, vous sentir bien!

Un rien peut tout changer. Ne prenez pas de résolutions, créer des habitudes! L’habitude est le pilote automatique de notre cerveau. Les bonnes habitudes créent le bon état d’esprit, les bons comportements et favorisent la culture des organisations.

Merci à tous les participants du programme Osez la Conscience qui, de par leur courage, ont le désir de se choisir!

Appelez-nous: (418) 660-6429
ou PRENEZ un RENDEZ-VOUS EXPLORATOIRE DE 30 MINUTES!

Lire la suite

Avoir la bonne personne à la bonne place

19 septembre 2022 | blogue, Tests psychométriques

Savez-vous pourquoi certaines tâches vous donnent de l’urticaire juste à y penser ? Pourquoi certaines personnes vous font péter les plombs ou vous rendent impatient ?

Pourquoi cet employé à qui vous aviez pourtant offert une belle promotion a démissionné peu de temps après ? Pourquoi votre équipe de gestion, qui semble pourtant filer le parfait bonheur, donne si peu de résultats ?

Votre personnalité et celle de vos collaborateurs sont des facteurs qu’il ne faut pas négliger.

***

« Connais-toi toi-même », disait Socrate. Êtes-vous axé sur la vision, la tâche, l’humain, les processus ? Quel impact votre personnalité a-t-elle sur vos relations, la gestion de votre temps, la qualité de votre travail et celle de vos gestionnaires ?

Il est tout aussi important de bien connaître ceux et celles avec qui vous travaillez. Vous pouvez ainsi mieux gérer vos attentes et vous assurer d’avoir les bonnes personnes à la bonne place. Sur leur « X », comme on dit.

Au moment où les ressources humaines sont si rares et précieuses, il est essentiel de tout faire pour embaucher les bonnes personnes, les rendre heureuses et les garder. Et ça commence par une meilleure connaissance de l’ensemble du potentiel humain dont dispose votre entreprise.

Vos équipes sont-elles homogènes ou diversifiées ? Les compétences requises pour l’atteinte des résultats demandés y sont-elles toutes présentes ? Connaître la personnalité dominante des membres de votre équipe est un atout précieux pour permettre à chacun d’exploiter au maximum ses capacités et pour assurer la cohésion du groupe.

Le meilleur employé de l’équipe de production n’est pas nécessairement le plus apte à la gérer. Tout comme le meilleur opérateur n’est peut-être pas la meilleure personne pour assurer la relève de l’entreprise. Confier à quelqu’un des tâches au-delà de ses aptitudes risque fort de le rendre inconfortable et de malmener son estime de soi. Oui, relever de nouveaux défis est stimulant, mais sachez les partager avec justesse.

Les coachs certifiés de VigieCoaching offrent toute une gamme de tests de personnalité ou psychométriques. Ils ont accompagné plusieurs entrepreneurs désireux d’offrir ces tests à leurs employés, en commençant par eux-mêmes, ouvrant ainsi la voie à des pistes de solutions allant de la réorganisation des tâches à la révision de la structure organisationnelle.

Les tests de personnalité ou psychométriques sont des outils de gestion très importants. Prenez rendez-vous avec un de nos coachs certifiés dès aujourd’hui afin de confirmer si cet outil peut être bénéfique pour vous et les défis que vous rencontrez. Ne restez pas seul.

Appelez-nous: (418) 660-6429
ou PRENEZ un RENDEZ-VOUS EXPLORATOIRE DE 30 MINUTES!

Lire la suite

Les jeunes hommes entrepreneurs  prennent plus soin d’eux! 

17 mai 2022 | blogue, Croissance

 » Quelque chose me rend particulièrement heureuse cette année: de plus en plus en plus de jeunes hommes entrepreneurs ont choisi de prendre soin d’eux et de se faire accompagner en coaching d’affaires.  Dans la dernière décennie, beaucoup de femmes se sont inscrites au programme Osez pour réussir de Vigie Coaching. Mais, depuis trois ans, je suis épatée et je me réjouis de voir les jeunes entrepreneurs qui demandent à être accompagnés. Y’a pas un athlète qui se rend aux olympiques sans son coach et les jeunes entrepreneurs sont en train de comprendre ça. C’est WINNER d’avoir son coach d’affaires.

En moyenne, cela fait dix ans qu’ils sont en affaires, ils ont une belle entreprise. Puis, tout à coup, les gars sont confrontés à de nouvelles situations vraiment irritantes et stressantes et décident de s’occuper d’eux-mêmes. Confrontés aux problèmes de main-d’œuvre, d’inflation, de gestion de croissance, ils sont maintenant préoccupés par leur santé et leur réussite tout en désirant conserver un équilibre de vie.

Focus Entrepreneur

 » C’est pour eux que nous avons spécialement conçu le nouveau programme Focus Entrepreneur. C’est une rencontre avec soi-même, en toute confidentialité, pour garder le focus sur son plan d’action, valider qu’on avance, prendre du recul pour prendre des décisions stratégiques et s’assurer qu’on atteint nos objectifs et qu’on règle rapidement des situations ou relations toxiques. Objectifs de vente, de communication, de gestion du temps, de délégation, de structuration, de recrutement, de croissance et d’équilibre de vie!

Maintes et maintes expériences l’ont prouvé: tout seul, on perd le cap, le focus. Focus Entrepreneur, c’est une rencontre toutes les deux semaines. Pour certains, une rencontre par mois suffit.

Sincèrement, je veux dire bravo aux gars! On a souvent l’occasion de dire bravo Les femmes! Cette fois-ci, moi, je dis: « Bravo à ces jeunes hommes entrepreneurs qui prennent soin d’eux-mêmes! »

Ces entrepreneurs sont capables de s’ouvrir. Ils ont envie d’être heureux. Ils sont branchés sur leur cœur et ils veulent vivre une belle vie. Ils ne veulent pas se péter les veines pour leur entreprise. Ils veulent avoir une entreprise qui est l’actif de leur vie de rêve!

Le prochain pas, c’est seulement le suivant. Quelle est la prochaine étape pour faire avancer le bateau?

Alors si c’est ce que tu veux toi aussi, je t’invite à prendre soin de toi et à t’offrir un coach juste pour toi avec le programme Focus Entrepreneurs. »

Diane Lépine, PCC
Coach certifiée ICF
Présidente Vigie Coaching

En savoir plus sur le programme Focus Entrepreneur


Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contextes de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Faites vous accompagner par Vigie Coaching pour relever ce défi. 

Appelez-nous: (418) 660-6429
ou PRENEZ un RENDEZ-VOUS EXPLORATOIRE DE 30 MINUTES!

Lire la suite

L’indice de bonheur au travail… à considérer aussi pour la direction!

22 avril 2022 | blogue, Croissance, Leadership, Ressources humaines

Pourquoi? Parce que c’est bien difficile pour un gestionnaire ou un propriétaire d’entreprise d’aider ses employés à être plus heureux au travail si lui-même a des inquiétudes, des peurs et des difficultés de communication.

Depuis 15 années déjà, en tant que coach d’affaires, j’ai choisi d’accompagner principalement les entrepreneurs.

Je leur dis souvent: “Vous êtes la poule qui pondez les œufs d’or! Si la poule ne va pas bien… ce sera difficile d’être présent et bienveillant pour vos employés.” 

Prenez soin de vous.

Dans un article paru récemment dans Le Journal Les Affaires, on rend aux coachs certifiés leurs lettres de noblesse. Le mot “coach” est si galvaudé depuis un moment! Probablement que le phénomène s’est accentué au cours des deux dernières années, la détresse des gens étant malheureusement plus présente…

Gardez en tête qu’il existe une organisation mondiale qui s’appelle ICF et qui vous garantit que la personne qui vous accompagnera possède une formation solide, éprouvée et basée sur les neurosciences.

Un coach d’affaires certifié se donne le mandat de vous aider à avancer vers vos objectifs. Assurez-vous d’être entre bonnes mains. Le processus d’accompagnement demande qu’on discute d’éléments sensibles, de vos émotions. Celui-ci devra établir une relation de confiance avec vous.

Ne restez pas seul. Ne portez pas seul le poids du bonheur de vos employés. Si vous voulez en parler, je vous invite à lire l’article et à prendre un rendez-vous exploratoire avec moi pour parler de vos défis.

Diane Lépine, PCC
Coach certifiée ICF
Vigie Coaching

Lire l’article du Journal Les Affaires


Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contextes de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Faites vous accompagner par Vigie Coaching pour relever ce défi. 

Appelez-nous: (418) 660-6429
ou PRENEZ un RENDEZ-VOUS EXPLORATOIRE DE 30 MINUTES!

Lire la suite

9 stratégies pour donner envie à vos employés de rester avec vous

9 février 2022 | blogue, Gestion, Leadership, Ressources humaines

La mobilité de la main-d’œuvre est à la hausse depuis quelque temps, tout comme le besoin d’employés dans tous les domaines. Devant autant de choix, les travailleurs ont beau jeu pour poser leur candidature où on leur offre les meilleures conditions. 

Comment s’y prendre pour attirer et retenir ses ressources ? Quelles sont les raisons de cet exode de savoirs et de compétences ? Un employé qui quitte est un indicateur d’insatisfaction. Un roulement régulier de nouvelles recrues peut signifier un souci de santé de l’entreprise qu’il faut adresser, mais où le bât blesse-t-il ? Au niveau des attentes de part et d’autre ? De la sélection au moment de l’entrevue ?

Former un employé coûte temps et argent. Au-delà de ce fait, une équipe stable est un élément-clé pour assurer votre compétitivité, votre productivité et votre image. Savoir donner envie à vos employés de rester avec vous est un facteur important au sein d’une entreprise qui vise la pérennité.

D’abord, quand chacun connaît son rôle au sein de l’entreprise, le résultat est visible dans un travail d’équipe productif et centré sur l’accomplissement. Aussi, la stabilité d’une équipe, outre la camaraderie engendrée, est rassurante. Le moral à la hausse stimule la productivité. Tandis qu’un nouvel employé représente de l’investissement en formation et en temps. 

Le principe est simple. Malgré tout, le mouvement de main d’œuvre est en hausse. Pourquoi ? Autrefois, les causes invoquées étaient majoritairement la stagnation sur un poste insatisfaisant, un mauvais employeur ou une meilleure opportunité. De nos jours, le salaire, l’équilibre de vie et de meilleures conditions sont les causes les  plus répandues. Le marché du travail revit les années ’60 où c’est l’employé qui a le haut du pavé. Voici quelques raisons qui donnent envie de changer de cadre de travail :

  • Le micro-management. Un environnement toxique crée de l’anxiété et une perte d’entrain, donc une baisse de rendement.
  • Les valeurs de l’entreprise sont-elles claires et bien communiquées ?
  • Le manque de reconnaissance qui amène un employé à se douter de son efficacité.
  • Le revenu. Si le salaire et les avantages sociaux ne permettent pas de subvenir à ses besoins et ceux de sa famille, un employé n’aura d’autre choix que de chercher ailleurs.
  • Le plafonnement de carrière. L’humain aime le défi, la croissance. Le statu quo au travail peut amener à désirer profiter d’une opportunité.
  • La communication au sein de l’entreprise est importante. Des attentes claires sur ce qui est attendu entre membres de l’équipe comme avec la hiérarchie. La confusion brime l’enthousiasme.
  • L’équilibre travail-vie. De longues heures qui empiètent sur le temps de détente épuisent moralement.

Toutes ces raisons créent un cercle vicieux. Un moral à la baisse crée une diminution de rendement qui affecte l’équipe et cause des défections. La roue repart à grands frais pour la réembauche et redémarrer un nouveau cercle.

Comment briser ce cycle ? Voici 9 stratégies gagnantes :

  1. L’intégration d’un nouvel employé dès le jour #1 lui donne le sentiment d’appartenir à l’équipe. Se sentir partie intégrante de l’entreprise lui donnera confiance qu’il y a sa place.
  2. Le dit et le non-dit. La communication efficace s’apprend. Elle permet d’aplanir les difficultés, résoudre les différends et de féliciter et rassurer un employé.
  3. Choisir quelqu’un pour ses valeurs d’abord, ensuite pour sa vision du travail et, en dernier, pour ses compétences. Travailler avec des gens qui sont compatibles, avec nous et entre eux, est primordial. Les compétences, qu’on apprend à l’école, peuvent aussi l’être une fois à bord de votre entreprise.
  4. Être à l’écoute, réellement. Se savoir écouté et entendu permet à l’employé de reconnaître sa valeur dans votre entreprise.
  5. Investir dans le bien-être de son équipe, dans le confort des lieux et en facilitant le télétravail.
  6. Entrer dans la course. Qu’offrent vos compétiteurs ? Quelle est leur charte de salaire ? Communiquez clairement tous les bénéfices que vous offrez à vos employés : bonus, compensation, remboursement de frais, actions participatives, assurances collectives et autres.
  7. Lâcher-prise ? Montrer votre confiance en laissant un employé travailler de la façon qui lui convient. Que ce soit par le télétravail, un horaire flexible ou en laissant de la place pour l’initiative. 
  8. Garder à l’idée qu’un employé est un humain en respectant que chacun ait ses bons et ses mauvais jours. Ces hauts et ces bas ne doivent pas servir à déterminer les bons et les mauvais employés.
  9. Investir dans l’humain à 100%. Le respect, le traitement compétitif, être à son écoute et autres bénéfices, c’est bien. Songez à bonifier avec de la formation, du coaching et des opportunités de gravir des échelons. Un employé qui entrevoit l’espoir que la croissance personnelle est possible est un employé heureux et plus enclin à rester. 

Simple, mais logique, la meilleure façon de retenir un employé est d’éviter de lui donner envie de quitter. 

Quand on est heureux, pourquoi aller voir ailleurs ? 

Un employeur proactif limite ses pertes. Pour une entreprise en santé, il est important d’agir avant l’annonce d’une démission. La décision du départ s’est prise après quelques temps de réflexion. Les promesses de dernier recours resteront plus que probablement lettre morte. Mais tout n’est pas perdu. En cas d’exode, passer en entrevue un employé qui quitte révèle ce qui est à améliorer dans la gestion des ressources humaines. 

Et ceux qui restent ? Eux aussi ont leur mot à dire sur ce qui les retient. Félicitez-vous pour ce que vous faites de bien pour vos précieux employés !


Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contextes de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Faites vous accompagner par Vigie Coaching pour relever ce défi. 

Appelez-nous: (418) 660-6429
ou PRENEZ votre RENDEZ-VOUS GRATUIT DÉCOUVERTE DE 30 MINUTES!

Lire la suite

Ne flambez pas votre récolte!

30 juillet 2020 | blogue, Relève

Plan de transfert

Saviez-vous que d’ici les 10 prochaines années, ce seront plus de 100 000 entreprises québécoises qui vont changer de main? Les entrepreneurs de 55 ans et plus particulièrement vont procéder à ce transfert. Parmi elles, seulement le tiers  vont réussir le transfert et la moitié n’ont aucun plan de transfert.

C’est le temps de la récolte

N’attendez pas d’être trop fatigué ou même malade. C’est l’heure de la récolte. Préparez-là. La majorité des entrepreneurs travaillent fort, il serait donc malheureux, qu’à la fin d’une belle carrière, ils ne puissent récolter le fruit de ces belles années. Le transfert d’entreprise est un long processus qui peut prendre de 3 à 10 ans. Les trois principales stratégies pour préparer son transfert sont:

1. Le transfert familial. Par exemple, avec un enfant qui travaille depuis longtemps dans l’entreprise et qui a su gagner la confiance de tous.

2. Le transfert à un employé. Par exemple, il se peut que cela soit un employé qui a grandit auprès de nous et appris les rouages au fil des années.

Bien entendu, il peut s’agir d’un mixte des 2, soit famille et employé.

3. Le transfert à l’externe. Il s’agit d’une vente pure et simple à quelqu’un de l’externe.

Là où ça coince: les émotions

Comme le partageait le directeur de la division transfert d’un grand cabinet comptable de Québec, les chiffres, la fiscalité, le financement, c’est assez facile. L’endroit où ça coince, ce sont les émotions. Là où nous, comme comptable, nous sommes bloqués. 

Coach de transfert

Un coach de transfert peut être un atout clé pour réussir la plus importante négociation de votre vie. C’est là que nous, comme coach, nous jouons pour vous enlever de la souffrance, diminuer vos peurs, augmenter votre confiance en vous et améliorer votre communication afin de passer à l’action avec bien-être et satisfaction pour toutes les parties. 

Avez-vous un plan de transfert? 

Allez-vous récolter les fruits d’une vie bien remplie? Ou mettre la clé sous la porte et fermer en disant: j’ai vécu de cela? Personne ne comprendrait un fermier, qui a l’automne, de la saison ou de sa vie, mettrait le feu dans son champ. Ne laissez pas votre plus grande réalisation partir en fumée. Préparez-vous. 

Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contexte de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Faites vous accompagner par Vigie Coaching pour un accompagnement en relève. 

Appelez-nous: (418) 660-6429. 

Lire la suite

Voir plus loin que ses émotions

30 juillet 2020 | blogue, Leadership

Comme le mentionne Stephen. A. Jarilowsky dans la revue Gestion · volume 33 / numéro 3 · Automne 2008 Leadership et argent : « Au début l’argent et le leadership sont neutres. Le premier dépend de l’autre. »  L’argent ne prend aucune décision et n’a aucune émotion.  Ce qui peut devenir dangereux, c’est lorsqu’un leader est préoccupé par l’appât du gain à court terme. Cela peut empêcher, entre autres, de réaliser la vision de l’entreprise et surtout, de démobiliser toute une équipe.

Vous savez, je veux aller au ciel. Tout le monde veut aller au ciel. Tiens! comme la chanson tout le monde veut t’aller au ciel, oui mais personne ne veut mourir… 

Bref, au Québec, la religion particulièrement, nous a fait développer des croyances très limitantes face à l’argent. Jugement. Culpabilité. Nous voulons en faire, mais pas trop. Il faut être certain d’aller au ciel, des fois qu’il existerait! Alors, en coaching, avec nos entrepreneurs, nous faisons face à plusieurs croyances. Nous pourrions entendre des expressions telles que né pour un petit pain.

Je demande souvent à mes clients: comment parlait-on de l’argent chez toi, dans ta famille, lorsque tu étais petit? Je vous avoue que souvent, je trouve la source de la situation financière de l’entreprise dans les croyances qui habitent et animent encore le leader. Alors, certains me répondent: « Ah! chez nous, seigneur! On parlait pas de ça! Il fallait pas dire un mot sur l’argent. »  D’autres répondent: « Ma mère disait: hey! penses-tu que l’argent ça pousse dans les arbres? » Ou alors: « Me prends-tu pour une banque à pitons? » ou encore « Hey! Lui y’en a bin trop! Ça doit être un maudit bandit! ».  

Alors qu’elle est votre relation avec l’argent? 

L’argent, c’est de l’amour. Alors, vous savez, comme on dit aussi dans la bible: « Aime ton prochain comme toi-même. » Vous, entrepreneurs, travaillez tellement fort, qu’il n’y a aucune gêne à jouir de ce vous rapporte votre entreprise. Si vous aimez les tableaux, si vous aimez les voyages, si vous aimez les bateaux, si vous voulez vous donner une maison,  vous donner un chalet. Vous pouvez. Aussi, vous savez, on voit présentement beaucoup les plus grands riches du monde, les leaders, comme ceux qui ont leur étoile à Hollywood sur le trottoir. Et bien il y a une condition, à travers multiples conditions, pour pouvoir avoir son étoile là-bas. Il faut, entre autres, avoir fait un don d’au moins 1 million de dollar à une cause humanitaire. Que ce soit l’environnement, l’eau, la maladie, le sport, la culture, ou autres.  Il est donc important de développer notre capacité de donner, car un bon leader sait donner et aussi recevoir. Alors, êtes-vous capable de recevoir beaucoup d’amour? Beaucoup d’argent? Parce que si vous n’êtes pas capable d’en recevoir vous-même, comment allez-vous faire pour accueillir de faire beaucoup de profits dans votre entreprise? Et c’est là que j’entends parfois aussi des clients qui disaient: « Je veux juste faire un petit peu plus d’argent » et qui sont gênés de vouloir faire beaucoup d’argent On ira pas loin avec des sous! 

Quelle sorte de moteur l’argent est-il pour vous, dans votre vie? Quelle sorte d’émotion, de pression, de possibilité ou d’attitude vous fait-elle avoir? Dans nos formations ou en coaching individuel, nous abordons la question de l’argent sans aucun jugement, parce que nous savons qu’au Québec, nous avons souvent des croyances qui sont limitantes et qui viennent vraiment impacter notre leadership par rapport à l’argent. 

Vous aimeriez en discuter en confidentialité? L’argent vous apporte un trop grand stress? Alors n’hésitez pas à vous faire accompagner. Mes clients me disent souvent:  « Diane, t’es comme une psychologue pour les entrepreneurs. » Oui, c’est un peu ça. Nous sommes des psychologues pour des gens qui ont un défi à relever. 

Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contexte de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

L’argent et votre relation avec l’argent représente un défi? Appelez-nous en toute confidentialité: (418) 660-6429. Nous allons en parler. Ne restez pas seuls.

Ce billet est inspiré de l’article de Stephen. A. Jarilowsky dans la revue Gestion · volume 33 / numéro 3 · Automne 2008 Leadership et argent.

Lire la suite

Évitez les pièges liés à la relève et aux transferts d’entreprise

10 juillet 2020 | blogue, Relève

Vendre son entreprise pour prendre sa retraite est une chose, mais préparer le transfert et la relève en est une toute autre. Le transfert considère les aspects fiscaux, légaux, comptable, de planification financière et autres d’ordre technique. La relève est l’aspect le plus difficile et celui qui compte le plus grand nombre d’échecs.

Pourquoi la relève est plus difficile que le transfert? Parce que nous sommes des handicapés de la communication et que l’un des principaux facteurs de succès d’un processus de relève, c’est la communication.

Aussi, le manque de planification. Souvent les entrepreneurs se voient comme étant éternels jusqu’au jour où leur corps leur parle. Maladie, fatigue ou manque de motivation. Les cas les plus douloureux sont ceux où l’entrepreneur n’en peut plus, mais qu’il a encore besoin de revenus et que l’entreprise n’a pas la plus value nécessaire à une vente qui assurerait une retraite confortable ou, à tout le moins, une sécurité financière.

Faire évaluer son entreprise, décider du prix, financer ou faire financer, préparer les papiers: la planification fiscale n’est pas simple, mais l’étape du transfert, c’est là où nous observons le plus grand nombre d’échec.

Certains éléments essentiels assurent une belle transition, tels qu’une planification stratégique à jour, des plans d’actions réalistes avec des indices d’atteintes de résultats mesurables, des porteurs de dossiers, des responsables de chantiers,  des processus et des procédures rédigés, communiqués, connus et suivis à la lettre. On compte aussi des mesures de qualité dans tous les processus de gestion, une vision claire partagée avec tous, des outils informatiques qui font sauver du temps ainsi que des tableaux de bords efficients et efficaces.

Et surtout de la communication et du leadership: il faut savoir quand lâcher prise et savoir quand tirer sa révérence  dépendamment si nous sommes le cédant ou le relevant…

La différence, c’est trop souvent l’argent. Les vendeurs s’illusionnent sur la valeur réelle de leur entreprise et les relevants veulent l’avoir pour des ⟪peanuts⟫.

Vous avez besoin d’aide? La transaction ou même son idée n’avance pas?

Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contexte de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Découvrez les bonnes questions à vous poser avant d’entreprendre un tel processus. Êtes-vous prêts?

Appelez-nous pour en parler gratuitement et en toute confidentialité: (418) 660-6429. 

Lire la suite

7 conseils pour les leaders en temps de crise

10 juillet 2020 | blogue

La crise que nous sommes en train de traverser est sans réel précédent. C’est du jamais vu, auquel certains ont su répondre adéquatement et d’autres non. Dans le monde de l’entrepreneuriat, cette situation s’est révélée pour quelques-uns le moment idéal afin d’adapter leur modèle d’affaire et saisir de nouvelles opportunités. 

 Je vous présente 7 stratégies à appliquer en tant que leader pour surmonter cet événement, prendre soin de vos employés et saisir de nouvelles opportunités.

1. Communiquer. C’est la qualité première d’un bon leader. Les gens sont dans une dynamique insécure due au contexte social actuel, il faut donc leur communiquer les nouvelles, réaffirmer sa présence, sa vision et sa position, expliquer ce que vous êtes en train de faire, pour qui et comment. Il faut donner du sens, expliquer la situation en toute transparence. La communication est la clé de beaucoup de réussites.

 2. Voir les opportunités. Dans tous les secteurs, même ceux les plus touchés par la crise, des nouveaux leaders vont émerger, s’affirmer et profiter d’opportunités. Une des solutions les plus efficaces pour répondre au problème actuel est de diversifier ses produits et services, d’augmenter la portée et revoir son modèle d’affaire si besoin est. Par exemple, un restaurant de poulet qui a décidé d’inclure les services de livraison et à emporter a permis de continuer une activité et même de quintupler son chiffre d’affaire mensuel.

3. Ne pas s’accrocher à ce qui ne fonctionne pas. Certaines offres ne sont plus optimales, certains produits ne correspondent plus à la demande. Il faut passer à autre chose sans hésiter, regarder vers le futur et vers les nouvelles tendances.

4. Sécuriser les troupes et rassurer les employés. Il ne faut pas oublier qu’avant tout, les employés sont des êtres humains. Prenez le temps de demander « Comment allez-vous? ». Souciez-vous de leurs vies personnelles, demandez leurs s’ils ont besoin de quelque chose et, pour ceux qui ont des enfants en bas âge, s’ils réussissent à tout gérer.

5. S’occuper de sa santé. Certes la santé financière de votre entreprise est importante, mais la vôtre l’est encore plus. Vous devez être capable de lutter contre le stress pour garder une bonne santé mentale et physique. Essayez de garder le plus possible une discipline d’heure de lever et de coucher, de vous entraîner, et de garder contact avec vos proches. Il faut savoir évaluer et gérer les priorités, et soyons réalistes : vous ne pourrez prendre soin de vos employés que si vous prenez soin de vous en premier lieu.

6. Célébrer. D’un point de vue neuropsychologique, le cerveau croit tout ce qu’on lui dit. C’est-à-dire que si vous ne pensez qu’à des choses qui ne vont pas, il croira que tout va mal et votre moral le ressentira. Au contraire, si vous finissez la journée sur une note positive, optimiste ou humoristique, la vie vous semblera plus belle. Il est important, dans ce contexte de solitude et d’exil chez soi, de célébrer toute forme de réussite professionnelle et personnelle. L’obtention d’un gros contrat et la perte de 5 livres méritent le même éloge!

7. S’entourer. Le cerveau ne sait pas comment se défendre face à cette solitude et ce retrait social imposé. Il se sent seul, devient plus stressé et a une plus grande tendance à broyer du noir. Il est important pour un grand leader de s’entourer de grands accompagnateurs : un conjoint, un ami, un mentor, un psychologue, un coach, un comptable… Allez chercher de la résonance et de la ressource dans d’autres cerveaux pour prendre du positif et le goût d’aller en avant. Ne restez pas seul, car vous n’êtes pas seul.

Depuis 12 ans, j’ai coaché et accompagné pas moins de 1 500 entrepreneurs et jeunes leaders à travers des crises, des situations de croissance et de relève. Si vous pensez avoir besoin de conseils et de soutien, il me fera plaisir de vous aider. 

Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30 ans, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contexte de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Appelez-nous pour en parler gratuitement et en toute confidentialité: (418) 660-6429. 

Lire la suite

Un désordre neurologique comme ingrédient clé à l’entrepreneuriat.

9 juillet 2020 | blogue, Leadership

Je voudrais aujourd’hui aborder un sujet délicat, qui relève d’observations et de statistiques personnelles. Cela fait maintenant 30 ans que j’accompagne et suis des entrepreneurs dans différents milieux, dans leurs évolutions professionnelles et dans leurs objectifs. 70% d’entre eux sont atteint de TDAH, avec ou sans hyperactivité.

Je me suis souvent demandé pourquoi il y avait tant d’entrepreneurs victimes de cet état de santé qui, malgré tous les obstacles, réussissent dans leurs différents domaines. Certainement parce que la moitié d’entre eux souffrent de surdouance. Qu’est-ce que cela signifie ? Un cerveau débordant d’idées, de concepts, de créations. Un cerveau jamais mis sur pause, toujours en action pour imaginer de nouvelles choses.

Leur scolarité a été plus mouvementée que paisible, et rythmée par de nombreux échecs engendrant la frustration. Les professeurs n’allaient pas assez vite pour eux et ne savaient pas comment garder leur attention sur un sujet ou un travail. Alors ils s’amusaient, bougeaient, parlaient pour se stimuler et sortir de l’ennui de la classe.

Leur adolescence a été rythmée par des remarques telles que « perturbants », « turbulents », « pas dans la norme », de quoi bien donner confiance en soi à un jeune. Alors ils se ressaisissent, apprennent à se débrouiller seul car ils ont compris qu’on ne leur fera pas de cadeau, tracent leur propre chemin et choisissent leur voie.

En devenant adulte, la situation ne devient pas forcément plus facile. La gestion du stress, des horaires, de l’alimentation et de toutes autres sources de stimulations reste un défi quotidien.

Donc oui, si tu as un TDAH, tu es différent. Ton cerveau ne fonctionne pas comme ceux de ton personnel. Mais ça ne fait certainement pas de toi une personne moins capable ou moins méritante. Tu dois te reconnaître comme la personne unique et incroyable que tu es. Tu as le droit de demander de l’aide à ton entourage professionnel pour qu’ils t’aident à rester concentré et te focaliser, comme si on mettait un bol devant une machine à popcorn pour attraper toutes les idées qui en sortent. Car avoir des idées est une chose, mais tu auras besoin de ton équipe pour les réaliser.

Au Canada, nous sommes les grands gagnants de brevets. Nos entrepreneurs sont imaginatifs, créatifs, consciencieux, énergiques et ambitieux. Le grand défi, c’est d’aller au bout d’un projet, de réaliser une idée, d’accomplir un rêve. Et surtout de bien le communiquer à ses ressources humaines.

Lorsque je suis face à une personne avec un TDAH en coaching, je commence toujours par l’analyser via son comportement et sa manière de s’exprimer. Les personnes atteintes de TDAH parlent souvent très vite et passent d’une idée à l’autre, sans forcément de lien logique entre les deux, il faut donc prendre le temps de les écouter.

Je souhaite principalement parler des mandats de relève, car ils ne sont pas assez évoqués. Ces entrepreneurs sont géniaux, stimulants, dynamiques. Mon but est de les aider à comprendre qui ils sont, quelles sont leurs forces en tant qu’entrepreneur et en tant que TDAH, à leur réapprendre à s’accueillir eux-mêmes car ils le méritent. Petit pas par petit pas, petit plan d’action par petit plan d’action.

Vous avez besoin d’aide? La transaction ou même son idée n’avance pas?

Diane Lépine, PCC, coach d’affaires depuis 30, a grandi dans une famille d’entrepreneurs. Elle a accompagné des milliers d’entrepreneurs et s’est donnée comme mission d’aider ces derniers dans des étapes de solitude, d’incertitude, de décisions difficiles, de défis de communication et de leadership dans des contexte de croissance, de repositionnement, de difficultés de gestion de transfert ou de relève.

Découvrez les bonnes questions à vous poser avant d’entreprendre un tel processus. Êtes-vous prêts?

Appelez-nous pour en parler gratuitement et en toute confidentialité: (418) 660-6429. 

 

 

Lire la suite