foot pressing the brake pedal of a car

La peur est la première cause d’accident

30 décembre 2017 | blogue, Relève, Temps

À quel moment faut-il préparer la relève et le transfert de l’entreprise?

Pour répondre à cette interrogation, il y a deux positions à considérer : celle du cédant et celle du relevant.

Dans la majorité des entreprises au Québec et au Canada ayant des revenus annuels au-dessous de 2 millions, à moins de faire la vente à un étranger, les transferts se font surtout à des membres de la famille ou à des employés de longue date, plus jeunes, et à qui on a déjà annoncé qu’on les voyait comme relève de l’entreprise.

Du point de vue du cédant, avant de passer à l’action, il faut se demander pourquoi on veut sortir ou rester dans l’entreprise. Est-ce que ce sera payant de rester ou si l’on se retrouvera comme le bouchon sur une bouteille de champagne? Alors qu’on avait de très bonnes idées lorsqu’on était jeune et aux commandes, rester va peut-être empêcher l’entreprise de se développer avec toutes les nouvelles avenues de commercialisation qu’apporte internet ou la mondialisation.


395$ (6)

Ce qui freine le transfert enfin dévoilé

Lorsque vient le temps du transfert, le cédant comme le relevant, partagent une très grande émotion. La peur. Le cédant à peur de céder et le relevant à peur que le cédant ne veuille pas céder, il a hâte de mettre sa propre vision en place. La peur fait en sorte qu’ils se retrouvent tous deux dans l’inaction. Parce qu’il y a souvent des liens émotifs entre les deux parties, parce que c’est difficile de parler d’argent et de se mettre en action.

 

Donnez le temps au temps.

Les conséquences

Cette situation retarde l’heure du transfert ou de la relève et fait perdre inévitablement des plumes à l’entreprise. Les deux parties sont perdantes. Le cédant va se retrouver avec une entreprise qui vaut moins cher, il retirera donc moins de profits de la transaction. Puis, le relevant ne voudra plus payer aussi cher parce que l’entreprise a perdue de la valeur, à force de prolonger le processus et de ne pas la vendre.

La solution

Que vous soyez cédant ou relevant, faites-vous accompagner. Très souvent, la véritable raison qui ralentit la transaction réside ailleurs que dans les procédures administratives. Le cédant a peur de vendre aussi parce son entreprise est « toute sa vie », sa raison d’être, c’est sa business qui a donné un sens à sa vie.

Préparez votre départ

 Prenez le temps d’y penser!

Assurez-vous d’avoir assez de loisirs une fois que vous serez partis. Peut-être y aurait-il moyen de rester présent pour un certain temps sans déranger le relevant, pour le mentorer avec vos forces.  Une chose est certaine, Si vous n’agissez pas au bon moment, vous pouvez perdre :

  • La santé
  • Celui qui voulait acheter et ne plus trouver d’acheteur
  • De la valeur

Quelle heure est-t ‘il? C’est l’heure du transfert, passez à l’action.

Diane Lépine

Fondatrice Vigie Coaching

Lire la suite
vigie-coaching-releve

Passer un flambeau qui en vaut la chandelle

20 décembre 2017 | blogue, Relève, Ressources humaines | , , , , ,

Dans l’histoire du monde industriel, ici comme aux États-Unis et en Europe, il y a beaucoup d’entreprises familiales. Dans la plupart des cas, le propriétaire a passé le flambeau à ses enfants. Aussi, plusieurs vont céder leur entreprise à quelqu’un qui y travaillait depuis de nombreuses années. Sinon, il va y avoir fusion, soit avec quelqu’un qui achète l’entreprise, ou deux entreprises  fusionnent et se retrouvent avec de nouveaux propriétaires.

Dans toutes les situations, les aspects qui causent toujours de plus grands problèmes, c’est la communication et les émotions.

De l’aide, mais pas pour ce que vous croyez

Généralement, pour l’aspect fiscal, des professionnels accompagnent les dirigeants. Tout le processus qui consiste en l’évaluation de l’entreprise avec un évaluateur agréé, mettre au propre la comptabilité et avoir une évaluation diligente de l’entreprise, se fait bien la plupart du temps. Mais à la fin, au moment de négocier, de lâcher prise et d’aller de l’avant, ce qui bloque c’est les communications. Beaucoup d’émotions se bousculent et malheureusement, c’est souvent à ce niveau que les gens ont le moins d’habiletés.


395$ (6)

Souvent, ce qui fait qu’une transaction échoue, qu’une vente n’aboutit pas ou qu’une fusion ne réussit pas, c’est que la communication a été déficiente. Les gens ont des émotions, de la pudeur et ont de la difficulté à s’exprimer. Finalement, on ne vient pas à bout de comprendre les attentes de la partie adverse, quelles sont les croyances limitatives qui empêchent d’avancer vers la finalité du « deal » et quels sont les besoins de chacun. C’est pour cette raison que nous enseignons aux dirigeants de se faire accompagner, soit par un médiateur agréé ou un coach d’affaire.

Céder son entreprise, aussi une affaire de cœur

Ainsi, la problématique n’est pas l’argent, elle est au niveau de la reconnaissance. Celui qui part, le cédant, a besoin de se faire dire que ce qu’il a réalisé pendant les 40 dernières années est extraordinaire. Il a besoin de se faire remercier d’avoir la chance de reprendre le témoin et de poursuivre la course après lui. Il a besoin qu’on le rassure, qu’on lui dise qu’on apprécie ce qu’il a bâti, qu’on va y faire attention, qu’on va le préserver pour assurer la pérennité des valeurs de l’entreprise qu’il a créé. Il ne s’agit même plus d’argent, le cédant a de la difficulté à exprimer ses besoins, et le relevant ne le comprend pas. Souvent leur contacts me disent  « Mais Diane, le « deal » était fini, tout étaient réglés, mais il n’aboutit pas! » Ce qui explique cette situation, c’est que deal n’était pas fini dans le cœur, il était en règle sur les papiers, mais pas dans l’esprit de l’acheteur et du vendeur.

Donnez le temps au temps.

Avez-vous vraiment bien choisi votre successeur?

Finalement, lorsqu’on fait une fusion, nous devons nous assurer d’avoir le bon portrait-robot du relevant. Souvent on se répète « je devais le céder à mon fils ou à mon employé, à qui je dis depuis 20 ans que ce sera lui la relève » mais dans le cœur, on n’a pas confiance en eux. Je dis souvent au relevant « si le cédant ne cède pas c’est qu’il manque quelque chose au niveau du cœur. » Pour passer le flambeau en toute quiétude, faites-vous accompagner dans les démarches de votre transaction.

 Prenez le temps d’y penser!

Diane Lépine

Fondatrice Vigie Coaching

Lire la suite
business-staging

Du business staging pour une relève plus facile

5 décembre 2017 | blogue, Relève | , , , , , , ,

Avez-vous préparé votre relève?

Une des plus graves erreurs que les entrepreneurs commettent lorsqu’ils pensent à préparer leur relève, soit par la vente ou le transfert de leur entreprise, c’est de cesser de développer et de structurer leur entreprise.

C’est important de préparer sa relève comme lorsqu’on nous voulons vendre une maison, ainsi, plutôt que de faire le « home staging », il faut faire le « business staging ».

Business staging?

Comme dans la vente de maison, le business staging veut dire dépersonnaliser l’entreprise et la mettre en valeur. C’est un processus important pour faire une meilleure vente et pour permettre au futur acheteur de se transposer dans la nouvelle entreprise et de voir sa valeur. En reconnaissant cette valeur il sera prêt à payer le prix qu’il faut.

Si pour une maison, cela peut prendre entre 24h et 1 mois dépendamment de l’importance des travaux, pour une entreprise, faire le business staging peut prendre entre 1 an et 5 ans.

 

Qu’arrive-t-il si on ne le fait pas?

Si on ne prépare pas la mise en valeur de son entreprise, les objectifs ne seront pas atteints, on n’aura pas l’argent qu’on voulait obtenir et l’entreprise ne sera donc pas vendue à son meilleur prix. Par conséquent, on passera nécessairement à côté d’excellents acheteurs ou repreneurs vraiment intéressants, parce que tout est dans notre tête et que l’on n’a pas structuré l’entreprise.

 


395$ (6)

 

Imaginez que vous prenez l’avion et que vous allez en Floride avec votre femme. Puis l’avion tombe et vous mourrez. Ce serait désolant! Vous aviez une belle entreprise, tout était bien notarié. Le notaire appel vos enfants ou votre neveu, ou celui à qui vous cédez l’entreprise et il dit : « Voilà l’entreprise est à vous, voici les clés! » Maintenant vos héritiers lui demandent : « où est le livre de l’entreprise? – Ha désolé, il est dans la tête du propriétaire et il est mort! » Alors ils répondent : « Nous ne voulons pas de cet héritage. » C’est le scénario qui vous attend si vous n’êtes pas préparés!

 

Donnez le temps au temps.

 

Comment prépare-t-on notre mise en valeur?

Pour donner de la valeur à votre entreprise il faut qu’elle soit « reprenable », qu’elle soit bien structurée et donc que tout soit  écrit ou enregistré.

Racontez l’histoire de l’entreprise. Vous pouvez procéder par « storytelling », par vidéo ou même enregistrer des « podcasts ». On devrait y retrouver vos meilleurs coups et vos moins bons coups à tous les niveaux : finances, ressources humaines, etc., afin de pouvoir passer au suivant.

Votre entreprise est-elle prête à vendre? Si vous pensez que ce sera le cas d’ici 3 à 7 ans, je vous invite à commencer votre processus de business staging dès maintenant.

 

 Prenez le temps d’y penser!

Diane Lépine

Fondatrice Vigie Coaching

Lire la suite
Page 1 sur 11